Beth a ceci d’élégant qu’elle ne surgit pas tout à fait de nulle part. La londonienne a fait du caméo sur le premier Chemical Brothers, sur l’excellent premier Red Snapper, a participé à plein d’autres choses dans le même genre et doit le lancement de sa carrière à William Orbit, producteur dance/tekno (qui a produit Madonna avant le frenchy Mirwaïs). La liste est longue et illustre dans le mainstream contemporain, la demoiselle touche sa bille et sort un album de remix, « The other side of daybreak », de son troisième album sorti en 2002.

C’est donc les mêmes qui remixent ses chansons : les frères chimiques, William Orbit ou Victor Van Vugt (producteur du dernier Athlete, entre autres et de plein de trucs popisant dans les années 90). On sent la touche protools, le bidouillage monomaniaque pour un résultat sobre où la voix de Beth est le brillant dans un écrin scintillant.

Nous nous retrouvons avec un chouette produit commercial, qui assure certes une deuxième vie à l’album « Daybreaker » dont sont tirés ces remix, et l’on se prend à croire que pour une fois, le génie marketing rencontre la flamme rare du talent.

Ooh Child (Alternate Version)
Thinking About Tomorrow (IPG Dub)
Ali’s Waltz
Daybreaker (Four Tet Remix)
Bobby Gentry
Carmella (Four Tet Remix)
Beautiful World
Concrete Sky (Acoustic)
Daybreaker (Roots Manuva Remix)
Anywhere (Two Lone Swordsmen Remix Vocal)

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.