Rassurez-vous, nous n’allons pas parler de cuisine, mais de temps en temps vous voyez un guitariste effectuer est excellent solo. Un solo qui se distingue des autres avec ce je ne sais quoi que fait que ça marche. Ce n’est pas particulièrement technique, pas nécessairement impressionnant mais tout y est. Steve Lukather, Mark Knopfler, David Gilmour, Brian May, Robben Ford, Jeff Beck, etc.,

S’il est difficile de mettre tout le monde d’accord quand il s’agit de savoir quel est el meilleur guitariste au monde, les ingrédients d’un bon solo est l’une des rares choses sur lesquelles les guitaristes peuvent se mettre d’accord.

La mélodie

Un bon solo de guitare doit être mélodique. Ne serait-ce que dans une certaine mesure. Gardez à l’esprit que la plupart des gens autour de vous ne sont pas musiciens (sauf si vous avez le malheur de jouer devant un tas de guitaristes).  De plus, pensez à la fonction d’un solo du point de vue d’un non-musicien: il fait partie de la chanson, et tout ce qui ne correspond pas ou dénote de cette composition va sembler étrange pour un non musicien.

Le phrasé

Le phrasé c’est comme avoir une conversation avec votre public et les aide à comprendre vos idées. Vous ne voudriez pas parler à quelqu’un en continu sans aucune pause pour prendre votre respiration. C’est à peu près la même chose avec un solo de guitare. Vous pouvez enchainer les notes à une vitesse folle, mais cela ne fera pas nécessairement un bon solo.

La tonalité

Tous les guitaristes mentionnés ci-dessus ont une très bonne tonalité. Votre solo ne sonnera pas bien si vous utilisez trop de distorsion ou une tonne d’autres effets. Jouer trop fort est aussi un point négatif.

Amenez la chanson quelque part

Ceci est probablement l’une des choses les plus difficiles à faire à la guitare mais un solo doit vous amener quelque part. Il faut commencer là où la mélodie est arrêté et terminer là où la chanson va continuer.

Savoir jouer vite, mais choisir de ne pas le faire.

ou seulement lorsque vous voulez créer une certaine tension, une excitation. Une chose que j’aime chez les guitariste mentionnés dans l’intro de cet article est qu’ils peuvent tous jouer incroyablement vite, mais choisissent de ne pas le faire pour des raisons de goût. Je pense que la clé est que la vitesse ne doit pas être l’objectif, uniquement un véhicule qui vous permet de vous exprimer à un autre niveau. Assurez-vous que ce sont les notes soient en évidence, et non la technique.

Le silence est d’or

Cela va de pair avec le phrasé dans le sens où si vous voulez que ce que vous jouez ait un impact plus important, il doit être accompagné de silence pour faire relâcher la pression. Donnez du temps à votre audience pour réfléchir, pour se demander ce qui va suivre. Rappelez-vous de la relativité du temps: ce qui semble être péniblement longtemps lorsque vous êtes en train de faire un solo est en fait qu’une fraction de secondes pour celui qui l’écoute.

Ecoutez en premier

L’écoute est une chose importante et très puissante, cela génère des émotions profondes pour le musicien que vous êtes. Si profondes qu’elles auront une énorme influence sur votre jeu, donc prêtez attention à ce que vous écoutez … Dans cet esprit je me suis concentré sur des joueurs comme Richie Kotzen, Allan Holdsworth, Vernon Reid, Tosin Abasi , Eric Johnson.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.